menu

KasaNature

Bienvenue au Caraïbes

Non classé - 10/04/2020

Partis en sac à dos, nous étions impatients d’explorer la côte Caraïbe du Costa Rica.

Le bus descendait des plateaux montagneux en direction de Limon. 

Les paysages sont grandioses.

L’air devient de plus en plus humide et la chaleur s’intensifie. 

Oh, que j’aime cette odeur des tropiques !!!

Premier arrêt, le parc de Cahuita.

Il a été créé dans le but de protéger ce superbe récif de corail qui entoure la Punta, considéré comme le plus important du pays.

Cet aquarium géant multicolore abrite une multitude d’espèces de poissons dont les magnifiques perroquets bleus, poulpes, barracudas, poissons anges, requins, anguilles mais aussi les fameuses langoustes, crevettes blanches, sans oublier la tortue marine verte qui vient pondre sur ces plages.

Après une petite heure de marche, nous décidons de planter la tente sur le sable face à la mer. On se croyait seuls au monde mais des petits crabes viennent nous rendre visite. Et un peu plus tard, les coatis viennent eux aussi à la recherche de nourriture.

Le lever de lune, presque toute ronde sur la mer calme et paisible est notre spectacle du moment. Au loin une petite barque de pêcheur qui rentre.  C’est juste magnifique !

Les pieds dans l’eau…c’est ça notre idée du bonheur…

Au petit matin, nous sommes réveillés par les singes hurleurs. 

Pour une première fois, c’est plutôt impressionnant ! 

Un chemin traverse la réserve et nous l’empruntons pour découvrir cette forêt tropicale, luxuriante autour de nous.

On aperçoit des paresseux, des toucans, quelques iguanes, des colibris.     Je suis émerveillée. 

De retour au campement, je profite d’une petite sieste dans le hamac, entre 2 palmiers, il fait chaud ! 

Nous passerons le reste de l’après-midi dans l’eau, à admirer la barrière de corail et ses habitants, juste à quelques mètres de la plage.

Puis nous continuons la route vers Puerto Viejo. 

Ce petit village de pêcheurs est connu pour son mélange de cultures afro-caribéenne, latine, et indigène, son coté « Laid back » et bohème, mais aussi ses plages de surfs. 

Beaucoup d’expatriés viennent s’installer, séduits par le style de vie relax dans un cadre de carte postale. 

Je découvre une cuisine locale à base de coco, de fruits de mer sur le petit marché de producteurs. 

Les nombreux artistes apportent de la couleur dans les petites boutiques artisanales où même les maisons sont colorées.

Ici, on trouve de nombreux cafés, des restaurants rivalisant de créativité pour offrir aux palais de nouvelles saveurs. Sans oublier les bars à jus de fruits frais où la cuisine végétarienne est à l’honneur.

La vie nocturne est très animée, les bars à tapas comme le «koki beach »  devant la plage proposent des petits concerts « live » de groupes locaux aux rythmes du calypso et de reggae.

Après quelques journées de farniente et de rencontres, je ressens le besoin de retourner dans la nature.

Le parc national de Gandoca-Manzanillo offre des plages de sable parsemées par des formations rocailleuses sortant de l’eau.

Le parc protège le manati (éléphant de mer que l’on a juste envie de câliner), des tortues marines, des dauphins, des crocodiles dans la région de mangrove qui est la plus développée des Caraïbes. 

Sa forêt primaire tropicale abrite une grande diversité d’espèces endémiques menacées comme de nombreux reptiles, et des grenouilles aux couleurs flamboyantes mais vénéneuses.

Le sentier de Manzanillo traverse le parc jusqu’à la plage de Punta Mona, où l‘on peut souvent voir nager des dauphins.

Le chemin est boueux, plein de trous mais le spectacle de cette jungle luxuriante nous encourage à continuer. On aperçoit des toucans qui s’envolent, mais aussi des singes (capucin et araignée) qui se balancent de branche en branche au-dessus de nos têtes. 

La magie du Costa Rica c’est de voir tous ces animaux heureux, en liberté dans leur habitat ! 

Nous arrivons devant l’entrée d’une ferme bordée d’héliconias ou bec de perroquet. La famille Ména s’active dehors. On échange quelques mots, des sourires, et rapidement on se retrouve à prendre le café ensemble.

Peut-être parce qu’il y a peu de visiteurs par ici, cette famille de paysans si accueillante nous parle de leur histoire, de leur vie rythmée par cette nature sauvage.  On laisse s’écouler le temps !           

Au final on restera dormir sur la terrasse de leur maison en bois, montée sur pilotis, protégés par notre moustiquaire. C‘est l’endroit idéal pour profiter intensément de la jungle autour de nous.

Le lendemain, petite plongée avec masque et tuba vers la barrière de corail. J’observe des poissons tropicaux de toutes les couleurs, des anémones, des éponges de mer…mais pas de requins ce jour-là.

Pour le déjeuner nous ferons griller des langoustines fraîchement pêchées par notre nouvel ami. Quelques jours plus tard nous partagerons en famille un repas typique, avec les fameux crabes si délicieux.

Nous resterons plus d’une semaine avec la famille Ména à partager leur quotidien. On prend le temps de s’imprégner de cette nature sauvage. 

Nous sommes tombés amoureux du coin et de ces gens si passionnants et simples. 

Je repartirai le cœur serré avec l’envie de revenir vite, très vite…

Pura vida …. Pura felicidad ! Myriam.

On a repéré une écolodge originale, une maison en bois, perchée dans un arbre et entourée d’un jardin tropical. Le cadre est accueillant, magnifique, simple et la plage est à quelques centaines de mètres. 

Pamela, Edsart et leur équipe locale proposent aussi yoga, classe de fitness et kayak. 

Ils participent activement à la préservation de leur environnement.    

Dormir au son de la jungle.